« Elections Régionales : les réunions avec Jacques LE GUEN | Accueil | Régionales. Le Guen aura besoin des militants UMP »

Commentaires

Bravo Jakez. Ce matin un article dans le Figaro explique que tu es le seul candidat et donc que ta désignation était acquise. Paris se serait-il rendu compte comme tu l'as dit dans une réunion : "avec Jacques Le Guen, on est pas sûr de gagner, mais avec Bernadette Malgorn on est sûr de perdre !" Entièrement d'accord avec toi... La victoire contre l'actuel président de la région sera difficile... mais je souhaite que ta candidature puisse être une première étape dans la reconstruction de la droite en Bretagne. Depuis ton départ (non volontaire, je suppose) de ta fonction de secrétaire départemental de l'UMP, tout va en distribil... Allez au paquet Jakez y'a du pain sur la planche...

Charles MIOSSEC Landivisiau, le 13 mars 2009
Membre Honoraire du Parlement
69, rue d’Arvor
29400 – LANDIVISIAU
Tél. 02 98 68 47 08
Fax. 02 98 68 95 52
e-mail :miossec.charles@wanadoo.fr




Je me permets de réagir à l’article paru dans le Figaro du 12 mars, et signé Nathalie Bougeard, à propos des élections régionales en Bretagne.
Le parti hésite entre un député et une ancienne préfète ? Mais pas les bretons. Les parisiens du parti peut-être, pas les « régionaux ». Qu’ils se souviennent toutefois que chaque fois que Paris a voulu imposer un candidat haut fonctionnaire, énarque ou préfet, cela s’est soldé par un échec : un (même pas trois) petit tour et puis s’en va. Il faut ensuite ramer des années pour réparer les dégâts. De Pierre Lelong à Arnaud Cazin, de Guy Guermeur à Bertrand Cousin sans oublier les préfets Cornec ou Jeanine Pichon.
Tous de « grosses pointures » sans aucun doute, mais qui n’avaient de breton que l’origine.
Vivre à Paris, travailler à Paris, penser à Paris c’est oublier la réalité du quotidien régional et ne l’imaginer que de manière virtuelle au travers des chiffres, des statistiques ou des rapports en tous genres.
La gauche ne s’y est pas trompée et a toujours mis en avant d’authentiques élus bretons : Jean Yves Le Drian, Louis Le Pensec, Charles Josselin, Edmond Hervé et même Marylise Le Branchu….
Et qui selon votre article évoque cette perspective ? Pierre Méhaignerie, le plus parisien des élus de Bretagne – Vitré.
Je pense qu’il y a de sa part la frustration de n’avoir pas été choisi aux lieu et place de Josselin de Rohan pour succéder à l’époque à Yvon Bourges, à moins que ce ne soit un cadeau empoisonné fait à Bernadette Malgorn susceptible de lui faire de l’ombre, tout comme Jacques Le Guen comme « homme fort de la droite et du centre » en Bretagne…Ses manipulation politiciennes successives aussi « franches que loyales » par le passé ont pourtant contribué grandement à livrer la Bretagne à la gauche, on devrait s’en souvenir…
Prétendre faire le bonheur des bretons sans eux, et même contre eux, tout en se glorifiant de démocratie interne, culture nouvelle à l’UMP, vouloir imposer une candidature de l’extérieur – d’où ça grands Dieux ? – c’est méconnaitre le caractère, le tempérament et la fierté des bretons, ce serait tout simplement saboter l’élection.
Depuis mon retrait de la vie publique, je me suis fait une règle absolue de garder le silence, mais je ne peux retenir ce cri du cœur, un cœur de breton qui aime sa région et son pays
Je souhaite à Bernadette Malgorn une longue et brillante carrière à la cour des comptes.
Avec mes sentiments les meilleurs. Charles MIOSSEC

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.